Chargement…

Modèle de gestion durable des forêts communautaires au Togo

Cas pratique de la forêt de Goubi

Photo: © GIZ

Programme Appui au REDD+-Readiness et réhabilitation de forêts (ProREDD), au Togo, vise à améliorer les conditions cadres pour une mise en œuvre efficace de la REDD+ au Togo. Ainsi après la réalisation de l’inventaire forestiers national, des modèles de gestion durable des forêts ont été proposés dans les trois régions pilotes du projet. Parmi les trois modèles de gestion forestière à mettre en œuvre sur le terrain, il y a la gestion durable des forêt communautaires la préfecture de Tchamba.

La préfecture de Tchamba se situe dans la région centrale du Togo et dispose selon la monographie forestière du Togo réalisée en 2016 par le ProREDD, de la plus grande superficie forestière sur le plan national avec 93287 ha. La préfecture de Tchamba dispose également du potentiel le plus élevé en bois œuvre dans la région avec un volume de830 4424 m3. Il est alors important de mettre ces ressources sous un modèle d’aménagement forestier durable afin de renforcer la résilience des communautés face aux changements climatiques et ainsi augmenter le stock de carbone nécessaire pour le processus REDD+ du Togo.

Le modèle de gestion durable proposé par le ProREDD prend en compte, un ensemble de quatre forêts communautaires couvrant près de 19.945 ha comprenant la forêt d’Alibi1, de Bago, de Koussountou, et celle de Goubi. Les communautés riveraines de ces forêts sont évaluées à 20.000 hbts dont 9.090 femmes dont les interventions du programme contribueront à améliorer les conditions de vie.

Quelle est l’approche adoptée par le ProREDD ?

Le cas pratique de la forêt communautaire de Goubi, permettra d’étayer les différents niveaux des actions menées à Goubi pour une gestion durable et communautaire des ressources forestières.

Les grandes étapes du processus de gestion de la forêt communautaire de Goubi sont entre autres :

La cartographie participative

Cette démarche a permis de mettre ensemble les acteurs clés de la communauté afin d’élaborer de façon participative la carte du terroir pour ainsi identifier clairement la zone dédiée à la forêt communautaire. Cette intervention permet de mieux maîtriser la zone forestière et de limiter aussi les conflits fonciers.

L’inventaire d’aménagement de la forêt

L’inventaire forestier d’aménagement a permis d’évaluer la ressource disponible, de mieux la connaitre et faire des propositions concrètes pour sa valorisation. L’inventaire forestier d’aménagement a été conduit de bout en bout par les cadres de la direction régionale de l’environnement et des ressources forestière de formés à cet effet. L’élaboration d’un plan simple de gestion de la forêt.

Les données de l’inventaire d’aménagement ont été utilisé pour définir des options d’aménagement. La ressource forestière a été ainsi subdivisé en trois séries (Conservation, exploitation et de Protection). Toutes les interventions liées à l’aménagement de la ressource forestière ont été consigné dans ce document stratégique qui donne toutes les orientations sur la gestion durable de la forêt communautaire.

La mise en place d’un comité local de gestion

L’organisation des communautés autour de la gestion forestière. Ce comité de gestion est responsable de toutes les opérations d’aménagement de la forêt communautaire de Goubi et travaille en étroite collaboration avec la direction préfectorale de l’environnement et des ressources forestières de Tchamba.

Sécurisation foncière : signature des documents juridiques

Le foncier joue un rôle primordial dans la mise en place et la gestion d’une forêt communautaire. Dans l’optique d’endiguer les conflits fonciers potentiels qui pourraient entacher le processus et comme prévu par l’arrêté N°069 définissant les procédures relatives à l’attribution et à la gestion des forêts communautaires aux Togo, des chartes de gestion et les contrats de mise à disposition des terres ont été signés par les membres du comité de gestion, le chef canton de Goubi et le préfet de Tchamba. Un mécanisme de partage des bénéfices liées à la gestion forestière a été proposé dans ces chartes et signés par tous les acteurs.

Photo: © GIZ

Marquage des arbres de la première assiette annuelle de coupe

La Série d’exploitation de la forêt communautaire de Goubi a été Subdivisé en quinze (15) assiettes annuelles de coupe. Après le marquage, les volumes exploitables ont été calculés et toutes les orientations pour l’exploitation ont été mises en exergue. L’exploitation dans la forêt communautaire est prévue pour chaque année avec une rotation de 15 ans. L’utilisation de la ressource ligneuse et des PFNL par les organisations des femmes sous la responsabilité du comité de gestion avec l’appui du groupe travail constitués par les cadres de l’administration forestière mise en place à cet effet par le ProREDD. Tout le processus est conduit par un groupe de travail avec l’appui du ProREDD de la GIZ.

C’est l’entité technique représentant l’administration forestière locale et qui fait le suivi dans le cadre de l’aménagement durable des forêts communautaires de la Préfecture de Tchamba. A travers ces intervention, la communauté de Goubi peut envisager la production de bois d’œuvre de qualité selon les standards de gestion durable.

L’exploitation durable des produits forestiers non ligneux (PFNL) par les groupements de femmes qui contribuent au renforcement de la résilience des communautés riveraines et au développement local dans un contexte marqué par la pauvreté, les changements climatiques et la dégradation continue des ressources forestières.

Les produits forestiers non ligneux les plus valorisés dans ces forêts communautaires sont entre autres, le Néré (Parkia biglobosa) et le karité (Vitellaria paradoxa), la valorisation de ces produits contribuent énormément à augmenter les revenus des jeunes et des femmes des communautés riveraines. Ces produits sont très utiles dans l’alimentation et la fabrication des produits cosmétiques. La noix de karité qui est souvent transformée en beurre est très utile dans l’industrie cosmétique et fait partie des produits d’exportation. La valorisation du karité se fait souvent par les jeunes et les femmes organisées en groupement. Les ventes se réalisent dans la plupart de cas au niveau local, les entreprises font l’achat directement dans la communauté. Ces groupements de femmes sont sensibilisés sur l’importance de prélèvement de la noix de karité dans les forêts aménagées où, les calculs de la quantité à prélever ont été faits et les mesures d’enrichissement ont été proposées afin d’assurer la durabilité.

A part la valorisation des PFNL, le principal produit issu de la forêt qui alimente les petites et moyenne entreprises notamment les petites scieries, Menuiserie et ateliers de sculpture dans la préfecture de Tchamba c’est le bois d’œuvre. Tout au long de la chaîne des valeurs, l’approvisionnement durable du bois contribue à réduire la pauvreté à travers le nombre d’emplois généré par la coupe, le transport et sa transformation dans les ateliers pour satisfaire les besoins des utilisateurs finaux pour les jeunes. Les petites scieries et les ateliers de menuiserie installés dans la zone sont les structures qui emploient une bonne partie des jeunes.

Il apparait clairement que la foresterie c’est un secteur clé pour le développement local et pourvoyeuse d’emploi pour les jeunes, permet de renforcer les communautés, augmenter leurs capacités d’adaptation face aux changements et de les sortir de la pauvreté. Mais il est très important que les principes de base et les normes de gestion durable soient pris en compte. C’est dans cette logique que le ProREDD appui à la mise en œuvre d’ un modèle de gestion durable de quatre forêts communautaires (19.945 ha) dont celle de Goubi dans la préfecture de Tchamba.

2018-12-16T09:24:36+00:00décembre 16th, 2018|Catégories : CCLNRM FR, Mises à jour|